/* jjv
*/
Aviron Meulan Les Mureaux Hardricourt | Le sac du rameur
Aviron Meulan Les Mureaux, Hardricourt
Aviron, Meulan, Les Mureaux, Mezy, Hardricourt, Juziers, Verneuil sur seine, GPSO, Grand Paris Seine et Oise, tete de riviere, yole cup, Loisirs, competition, skiff, yolette, quatre avec barreur, quatre sans barreur, quatre de pointe, huit de pointe, huit de couple
482
page-template-default,page,page-id-482,ajax_leftright,page_not_loaded,,qode-title-hidden,footer_responsive_adv,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive

Le sac du rameur
(l’équipement personnel)

Pour les entraînements :

Pourquoi les rameurs ont-ils besoin d’un sac suffisamment grand pour se rendre aux entraînements, alors pourtant que l’aviron n’est pas un sport à équipement personnel lourd ? En fait, le rameur doit prévoir que les conditions atmosphériques peuvent changer et que (quoique ce soit bien peu fréquent) son bateau peut chavirer… Il lui faut donc emmener des vêtements supplémentaires et de rechange. Bien sûr, il faut aussi penser à boire et à se nourrir un peu. Il y a aussi les petits bobos. Et puis, comme nous démontons et remontons souvent les portants des bateaux, chacon doit se munir d’une clé hexagonale de 10, nécessaire pour limiter la durée de ces opérations ! Alors, faisons la liste de tout ce qu’il faut, en nous souvenant de ce que nous avons dit sur l’habillement du rameur :

* un vêtement chaud pour le haut du corps, qui n’est porté qu’au repos ;

* un vêtement imperméable, qui n’est porté qu’au repos, le cas échéant ;

* une tenue complète de rechange (sous-vêtements et vêtements) ;

* une paire de chaussettes supplémentaire ;

* un bonnet, l’hiver ; une casquette ;

* des lunettes de soleil ;

* une serviette de toilette, pour se sécher ;

* un sac en plastique, pour y placer le linge humide :

* un peu de papier hygiénique ;

* une clé hexagonale de 10 ;

* une petite bouteille d’eau en plastique, pour l’emmener à bord (pendant un entraînement de moins de deux heures, l’eau est la boisson qui convient) ;

* un goûter, à manger au moins une heure avant le début de la séance d’entraînement ;

* pour celles et ceux qui sont sujets aux ampoules, des bandes à l’oxyde de zinc ou autres pansements spéciaux (mais jamais de bande adhésive, type Élastoplaste), pour protéger les ampoules éventuelles ;

* pour ceux que la coulisse fait souffrir, un coussin en néoprène (facultatif ; utile surtout pour les randonneurs)

… sans oublier le mobile dont on ne se sépare jamais… sauf sur l’eau, où il ne servirait à rien !

Pour les régates et autres déplacements :

Il faut encore un peu plus d’affaires que pour les entraînements, car on mouille le maillot, parce qu’il y a des périodes d’attente, et puis l’alimentation et la boisson ont une grande importance ces jours-là… Le sac contiendra donc non seulement tout ce qu’on emmène habituellement au club, mais aussi quelques affaires de plus ; il sera donc bien rempli – on ne reprend pas la liste ci-dessus, mais voici ce à quoi il faut penser en plus :

* combinaison (justaucorps) de compétition,

* 2 T-shirts blancs à porter sous la combinaison, lorsque la température extérieure est basse et qu’il est convnu d’en porter un pendant les courses,

* une tenue de rechange supplémentaire,

* des gants chauds, en hiver,

* un complément au petit-déjeuner, à consommer entre une et deux heures avant la première course,

* un déjeuner et un goûter (aliments agréables et faciles à ingérer),

* éventuellement, un thermos avec boisson chaude (qui, hélas, risque de mouiller le contenu du sac plutôt que d’être consommée… !)

* pour ceux qui sont soucieux de leur confort, coussin de coulisse – particulièrement utile pendant le stage de printemps où les rameurs sont longuement sur l’eau – couverture et oreiller (utiles après l’effort, en attendant la course suivante) !