/* jjv
*/
Aviron Meulan Les Mureaux Hardricourt | Organisation déplacements
Aviron Meulan Les Mureaux, Hardricourt
Aviron, Meulan, Les Mureaux, Mezy, Hardricourt, Juziers, Verneuil sur seine, GPSO, Grand Paris Seine et Oise, tete de riviere, yole cup, Loisirs, competition, skiff, yolette, quatre avec barreur, quatre sans barreur, quatre de pointe, huit de pointe, huit de couple
488
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-488,ajax_leftright,page_not_loaded,,qode-title-hidden,footer_responsive_adv,transparent_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-6.6.0,vc_responsive

Régates et autres déplacements :
comment nous organisons-nous ?
Brèves indications à l’attention des rameurs et de leurs parents.

Les dates des régates sont connues longtemps à l’avance: le calendrier en est publié au cours du mois d’octobre et nous affichons sur notre site les dates de celles d’entre elles auxquelles nous participerons. Il est bon que chacun les note dans son agenda personnel. La commission sportive désigne, sur proposition du capitaine d’entraînement, les rameurs sélectionnés pour y participer et, environ trois semaines à l’avance, les rameurs et les parents des plus jeunes d’entre eux (catégories ‘minime’ à ‘junior’) en sont informés. L’entraînement des rameurs tient dès lors compte de cet objectif ; il est particulièrement important pour un rameur d’être présent à toutes les séances où l’équipage dont il fait partie doit s’entraîner sur l’eau.

Hormis les compétitions de niveau national (voir plus loin ce qu’il en est), la plupart des régates se déroulent sur une journée, voire deux jours, sur des bassins non très éloignés de Meulan : stade nautique de Mantes-la-Jolie, bassin de Vaires-sur-Marne, lac de l’Ailette… Pour s’y rendre, les rameurs qui doivent participer aux premières courses de la journée voyagent généralement dans le camion tracteur de la remorque à bateaux, pour arriver les premiers, au moins deux heures avant le début de la compétition. Les autres rameurs peuvent voyager en se groupant dans des voitures conduites par des parents de rameurs, que nous pouvons être amenés à solliciter (co-voiturage).

Le déplacement commence en fait à l’issue de la dernière séance d’entraînement, qui est un peu plus brève que les autres, par le chargement de la remorque : les rameurs déposent les portants des bateaux qu’ils utiliseront et les chargent, avec les coques des bateaux et leurs avirons, sur la remorque. Ils s’assurent, avec le concours de leurs entraîneurs, de l’horaire de leur première course (l’horaire des courses est aussi généralement affiché sur le site internet du club, rubrique ‘Messages des entraîneurs’). Les licences sont remises au capitaine d’entraînement qui peut devoir les présenter aux arbitres, le jour de l’épreuve.

La veille du départ, le soir, les rameurs préparent leur sac où rien ne doit manquer, notamment une, ou mieux deux tenues de rechange ! Le sommeil et le lever sont plus calmes, lorsqu’on a l’assurance que tout est prêt.

L’horaire du lever doit tenir compte de l’horaire de la première course, du délai de route, du chargement des aliments pour la journée dans le sac et du temps nécessaire à la prise d’un petit déjeuner suffisamment copieux, avant le départ : ce lever peut donc devoir être très matinal, car les rameurs doivent être présents au moins deux heures avant l’heure de départ de leur première course. L’expérience des rameurs en fait foi : ce délai de deux heures est pleinement justifié par le nombre et la durée des préparatifs, et on ne peut se préparer convenablement à une course en étant « à la bourre » :

* trouver, sur le site, l’emplacement de la remorque et reconnaître les lieux,

* décharger la coque du bateau, les portants, les avirons,

* remonter les portants (au moyen d’une clé de 10 qui fait partie de l’équipement individuel du rameur),

* prendre connaissance des indications données par les organisateurs (plan de circulation sur le bassin, etc.), trouver la plaque numérotée à fixer au bateau, l’y fixer,

* recevoir les consignes des entraîneurs,

* si besoin, consommer un léger complément alimentaire au petit déjeuner, au plus tard une heure avant la course,

* présenter le barreur à la pesée,

* satisfaire à ses besoins naturels, qui peuvent être pressants (petit trac avant l’épreuve), alors que nombre de rameurs se présentent au même moment aux commodités locales, souvent insuffisantes pour répondre à la demande…

* prendre un peu de temps pour parler avec les amis – c’est important –

* s’échauffer (à partir de ce moment-là, les membres de l’équipage ne se séparent plus),

* amener les avirons et le bateau à l’eau, embarquer et rejoindre la zone de départ…

Le déroulement de la régate dépend des résultats des courses et de leur organisation, selon que les équipages sont, ou non, qualifiés directement ou passer l’épreuve des repêchages… Il n’est donc pas possible de prévoir à quelle heure un équipage aura terminé sa dernière course. Bien que les organisateurs et le corps arbitral fassent de leur mieux pour respecter l’horaire prévu, des retards peuvent survenir, notamment lorsque les conditions atmosphériques sont médiocres.

Avant de repartir, les rameurs déposent les portants des bateaux et chargent la remorque.

Suivant les instructions données par le capitaine d’entraînement, les rameurs se donnent rendez-vous au Club le soir même pour décharger la remorque et remonter les bateaux, sauf s’il est décidé que ceci sera fait au début d’une prochaine séance d’entraînement : ce n’est qu’alors que le déplacement sera tout à fait terminé.

Les compétitions nationales (championnats de France) peuvent avoir lieu sur des bassins plus lointains et des dispositions particulières sont prises pour organiser la participation de ceux qui ont réussi à se qualifier. Les rameurs sélectionnés pour ces championnats auront déjà acquis de l’expérience et leurs parents auront, eux aussi, l’expérience de leur participation à des régates…

 

 

Enfin, quelques autres rassemblements, notamment des plus jeunes (Minimes et Cadets – Regroupements départementaux ou régionaux, passage de brevets, etc.) donnent aussi lieu à des déplacements, dont les parents sont avisés suffisamment à l’avance, par une convocation qui est confiée à leurs enfants pour qu’ils la leur remettent. Une heure unique et uniforme de rendez-vous est fixée, c’est moins compliqué que pour les régates !